Commune de Saint Laurent-sur-Saône. Site officiel.

Vous êtes ici : Accueil > Découvrir Saint Laurent > Histoire

Découvrir Sain-Laurent

Histoire de Saint-Laurent-sur-Saône

 

Saint-Laurent-sur-Saône doit son origine à une ancienne abbaye fondée au IVème siècle. Petit à petit le village s’est développé autour de cette dernière.

Saint Laurent était autrefois habité par les bateliers qui offraient leurs services aux Bressans pour traverser la prairie lorsqu’elle était inondée. L’abbaye fut longtemps un sujet de querelles entre les sires de Bâgé et les évêques de Mâcon.

Au XIéme siècle, Gauslein, l’évêque de Mâcon de l’époque, offrit l’abbaye à perpétuité à Rodolphe, Sire de Bâgé. Les seigneurs de Bâgé en profitèrent pour construire une petite forteresse au sud de l’abbaye. Quant aux évêques mâconnais, ils édifièrent un nouveau pont grâce à l’aide des comtes de leur ville.

Par le mariage de Sybille de Bâgé avec le comte Amé en 1272, la sirerie de Bâgé passa entre les mains des Ducs de Savoie. Saint-Laurent devient alors un point très important car il formait la frontière occidentale des États Savoyards.

Les comtes de Savoie firent de Saint-Laurent une petite seigneurie, mais l’existence en fut assez brève. Les seigneurs avaient pour mission, outre de percevoir les revenus, de surveiller les agissements mâconnais qui revendiquaient des droits sur la rive gauche.

En 1337 des fortifications et la tête de pont côté Bresse furent construites. En 1356 Saint-Laurent fut rattaché à la châtellenie de Bâgé, et les comtes de Savoie y installèrent leurs prisons seigneuriales. Durant les guerres de religion en 1595, la ville était sans cesse menacée par les protestants, les habitants demandaient alors à être mis sous la protection du Roi de France (Henri IV).La levée fut construite au début du XVIIIème siècle. Les vieilles tours du pont furent détruites, ce qui facilita l’entrée à la cité. Les marchandises purent y affluer et Saint-Laurent devint le plus important marché de bétail et de céréales de la région.

Le marquis de Feillens racheta Saint-Laurent-sur-Saône en 1769.

En 1790, le comité chargé par l’Assemblée Nationale de faire la délimitation des départements a décidé par décret du 19 janvier 1790 de conserver la Saône comme limite.Suite aux désastres napoléoniens, la commune eut à subir l’occupation autrichienne en 1814. Puis menacée d’être brûlée, elle fut rançonnée et dut nourrir ainsi que loger près de 50 000 soldats pendant 5 mois.

En 1889, des fouilles ont permis de révéler l’existence d’un site habité dès le néolithique, à l’âge du bronze ainsi qu’à l’époque gallo-romaine.

Les différents noms de la commune

Comme beaucoup de villes, Saint-Laurent-sur-Saône a connu de multiples appellations. À la création de l’abbaye, on parlait de "Saint-Lorent oultre le Pont". Ensuite, on l’appelait "Saint-Laurent la rivière", puis on trouve "Saint-Laurent-près-Mâcon", "Saint-Laurent-lès-Mâcon", "Saint-Laurent de l’Ain", "Port de l’Ain ci devant Saint-Laurent", "Port de l’Ain (Saint-Laurent)", "Port inférieur de Saône", "Ain et Saône ci devant Saint-Laurent", "Saint-Laurent (Ain)".

Parmi toutes ces appellations, la plus utilisée était "Saint-Laurent-lès-Mâcon", car elle permettait de mieux situer la commune par rapport à sa voisine plus grande. Celle-ci fut supprimée en 1958, pour être remplacée par "Saint-Laurent-sur-Saône", marquant ainsi la volonté de se démarquer de Mâcon.

Église Saint-Laurent - XIXème siècle

L’église doit son origine à une abbaye, l’abbaye de Saint Laurent Oultre le Pont, qui prend naissance au VIème siècle. Au XIème siècle, il n’y a plus d’abbaye, mais il reste sa chapelle, de style roman, devenue église paroissiale. De nombreuses dépravations sont perpétuées pendant la Révolution. L’église est transformée en salle communale, puis en entrepôt à grains. Son état, déjà déplorable au sortir de la Révolution, s’aggrave avec l’incendie du 19 mars 1804. On décide alors la construction d’une nouvelle église, quasiment sur l’emplacement de l’ancienne. Les travaux sont commencés en 1853. La flèche du clocher est construite en 1875, les trois portes d’entrée en 1890 et la sacristie en 1893.

Le résultat en est une église de style néo-gothique, de 60m de long et 22m de large. On remarque la richesse du décor sculpté, œuvre personnelle du Curé RICHTER, officiant à Saint Laurent depuis 1839. D’intéressantes toiles du XVII et XVIIIème siècle sont visibles dans la nef ou les chapelles. De superbes orgues, achetées par le Curé RICHTER en 1856, ont également été classées par les Monuments Historiques pour leur partie sonore.

Source : 40 000 clochers.com

Grande rue de La Levée
À gauche : Mâcon